Retour
   
     
     
 
pH et maladies chroniques
 

 

Le bon pH : une constante biologique trop souvent oubliée.

Parfaitement connue des anciens thérapeutes, des médecins homéopathes et des naturopathes du début du siècle, oubliée pendant près d’un demi-siècle, la notion de pH semble revenir aujourd’hui en force chez les bio-énergéticiens. Equilibrer ou rééquilibrer le pH chez l’être humain est capital dans le traitement des maladies chroniques, des maladies de terrain et dans la plupart des pathologies infectieuses, inflammatoires et dégénératives de l’organisme.


Qu’est-ce que le pH ?
Pratiquement le pH est une échelle de mesure qui indique le caractère acide ou basique (alcalin) d’une substance, d’un liquide ou d’un système biologique. Ainsi si l’acide chlorhydrique - qui brûle et détruit est naturellement acide et si la soude caustique, qui brûle et détruit également, est, à l’opposé naturellement basique, l’eau de Volvic (pour ne citer qu’elle) est naturellement neutre.


L’echelle des pH va de 0 à 14 :
Quelques exemples :
• pH des acides : 0 à 6.9.
• pH des bases : 7.1 à 14.
• 6.9 est déjà un pH légèrement acide et 7.1 un pH légèrement basique ou alcalin.
• Le sang humain à un pH alcalin compris entre 7.3 et 7.4.
• Le pH de la salive se situe entre 6.9 et 7.2.
Les jeunes enfants ont un pH salivaire légèrement acide tandis que celui des adultes est légèrement alcalin. Il convient de préciser que le pH salivaire évolue pendant la journée, selon notre alimentation et notre hygiène de vie.


Le pH conditionne toute la vie cellulaire, qui ne peut subsister qu’entre certaines limites de pH.


Exemples de problèmes résultant d’un pH trop acide :
ulcère de l’estomac, gastrite, sensations de brûlure pendant la digestion, mycoses digestives, inflammation des gencives, rhumatismes, goutte, acide urique, diabète, artério-sclérose, migraines chroniques, coliques, langue blanche, troubles hépatique et vésiculaire chroniques, fermentations intestinales, troubles nerveux, cheveux gras, maladies de la peau, hémorroïdes, sinusite chronique, prurit anal, maladies du sang, obésité.

Exemple de problèmes resultant d’un pH trop alcalin :
Calculs rénaux, colibacillose, cystites chroniques, eczémas, dartres, peaux sèches, maladies infectieuses chroniques, maladies virales, constipation chronique, retard à la digestion, cholestérol, maladies du sang, troubles hormonaux, etc.

Haut de page