Retour
N-O-P-Q
   
     
     
 

Les différentes thérapies

Vous trouverez ici un glossaire des différentes thérapies énergétiques ancestrales,
traditionnelles ou modernes actuellement en usage.
     

 

Naturopathie : terme général représentant l’ensemble des médecines naturelles (acupuncture, aromathérapie, chiropratique, ostéopathie, phytothérapie, etc.) c’est-à-dire des médecines utilisant des moyens naturels pour obtenir la guérison. Un courant naturothérapeuthe s’est développé en Allemagne au début du xixe siècle, en particulier avec l’abbé Kneipp, puis aux Etats-Unis. La naturopathie a ensuite éclaté en de nombreuses spécialités. En France, Marchesseau a défini sous le nom de naturopathie orthodoxe une synthèse des principes et des moyens naturels utilisés.


Neurostimulation transcutanée : il s’agit de la stimulation électrique (en voltage faible) des nerfs inhibant la douleur.


Nutrithérapie : il s’agit d’une nouvelle discipline qui s’intéresse aux vitamines, minéraux et autres oligo-éléments, regroupés sous le terme de micro-aliments. La vie moderne entraîne en effet des carences en micro-aliments dûes à un déficit d’alimentation, à la pauvreté des aliments issus de l’agriculture moderne, au stress qui entraîne un défaut d’assimilation en même temps qu’une surconsommation des éléments indispensables à la vie. La nutrithérapie propose donc d’identifier et de traiter par un apport complémentaire quotidien ces carences, qui concernent principalement les vitamines A, B6, C, et E, le calcium, le magnésium, le sélénium, le zinc, ainsi que les acides gras poly-insaturés.


Oligothérapie
: le corps humain nécessite un apport régulier de certains métaux en faible quantité, en particulier pour catalyser les réactions biochimiques (comme coenzymes). Ces métaux appelés oligo-éléments sont présents dans l’alimentation, mais parfois neutralisés par un régime alimentaire déséquilibré ou certains agents polluants. Un complément d’apport est donc prescrit dans ces cas de carence.


Orthothérapie : l’orthothérapie consiste à identifier les conséquences musculaires de problèmes osseux ou articulaires, puis d’éliminer les tensions résultantes et rééduquer les groupes musculaires concernés, pour retrouver un équilibre musculaire harmonieux.


Ostéopathie : c’est une médecine manuelle. L’osthéopathe considère que la structure du corps (os, muscles, tendons, ligaments…) est en interaction avec les organes et leurs fonctions. Une mauvaise posture, parfois inaperçue, peut donc entraîner un dysfonctionnement du foie, de l’estomac ou des reins, gêner la respiration ou la circulation sanguine. Les problèmes articulaires et rhumatismaux font évidemment partie du champ thérapeutique de l’ostéopathe.

 

Oxygénothérapie : a coté des traitements d’urgence, l’oxygénothérapie est également pratiquée par certains établissements de cure, pour désintoxiquer l’organisme.


Ozonothérapie : traitement de certaines affections respiratoires (asthme) et circulatoires (infarctus) à l’aide d’oxygène concentré et ionisé, administré par voie respiratoire, mais aussi par lavement, ou application cutanée.


P.N.L. : programmation neuro-linguistique. La P.N.L. est une synthèse des approches psychologiques les plus performantes de ces 30 dernières années. Elle permet de décoder le mode de fonctionnement mental de ses interlocuteur et de s’y adapter. C’est une méthode essentiellement pratique, qui développe la joie de vivre et conduit vers une meilleure réussite car elle permet de communiquer plus efficacement, de construire les projets, de contrôler les émotions.


Palingénésie : méthode de respiration permettant d’atteindre une plus grande conscience de soi et l’expression d’émotions refoulées. Elle agit sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel.


Phosphénisme : transformation de l’énergie lumineuse en énergie mentale, par la fixation d’une source de lumière. Stimulation cérébrale et outil de développement individuel, cette méthode est utilisée dans les difficultés d’apprentissage, les problèmes de mémoire et d’attention, la créativité.


Physiothérapie : c’est l’ensemble des techniques utilisant l’électricité à des fins thérapeutiques. L’exemple le plus ancien est l’utilisation du gymnote (poisson qui produit de violentes décharges électriques) du temps de Rome ! Aujourd’hui, on utilise le courant électrique pour stimuler les nerfs qui inhibent la douleur (neurostimulation transcutanée), ainsi que l’ionisation de l’air : en effet les ions négatifs apportent une sensation de bien-être et de fraîcheur (ils sont d’ailleurs très concentrés au bord de mer) tandis que les ions positifs (abondant avant un orage) rendent mal à l’aise et fatigué. Il existe des ionisateurs d’air individuels.


Phytominéralogie : dénomination générique des thérapeutiques à base de plantes et de minéraux : aromathérapie, phytothérapie, oligothérapie, etc.


Phytothérapie : depuis toujours, l’homme utilise les plantes pour soigner ; ce n’est qu’au xviiie siècle que l’on commença à extraire des plantes les substances actives, donnant naissance à la chimiothérapie. Puis ces mêmes substances furent produites par synthèse chimique, jusqu’à ce que l’on crée, toujours par synthèse des molécules originales, qui n’existent pas dans la nature. A côté de cette voie chimique, le mouvement phytothérapique cherche à utiliser au contraire les plantes dans leur totalité et leur complexité, tout en évitant les effets secondaires des substances synthétiques. On retrouve ainsi les très nombreuses indications des « simples » (l’ancien nom des plantes médicinales) dans les différentes cultures, et en particulier des essences aromatiques : l’aromathérapie est ainsi une des branches principales de la phytothérapie.


Pneumologie : à coté de la spécialité médicale, on utilise aussi cette dénomination générique pour regrouper les thérapeutiques par l’air : oxygénothérapie, climatologie, etc.


Posturologie : technique développée à Marseille, d’étude des habitudes posturales des patients souffrants de lombalgies et rhumatismes, dans le but de découvrir l’origine posturale de ces inflammations, et par là même proposer un traitement adapté.


Psychothérapie : la psychothérapie permet au patient d’identifier et d’apprendre à vivre avec ses difficultés, grâce à un dialogue avec le thérapeute, ce qui suppose de lui accorder une grande confiance. Il existe différentes écoles, souvent dérivées de la méthode psychanalytique élaborée par Sigmund Freud, qui suppose l’existence d’un inconscient qui régit l’essentiel de notre activité mentale, et met l’accent sur la recherche des séquelles de l’histoire sexuelle infantile du patient.


Qi Gong : basé sur les théories chinoises ancestrales sur les énergies qui parcourent le corps et président à son équilibre physique, émotionnel et mental, le Qi Gong est un ensemble d’exercices (mouvements, exercices respiratoires, relaxation mentale) qui vise à aider le patient à se guérir lui-même.



 

 

Page suivante : R-S

 

Haut de page