Retour
K-L-M
   
     
     
 

Les différentes thérapies

Vous trouverez ici un glossaire des différentes thérapies énergétiques ancestrales,
traditionnelles ou modernes actuellement en usage.
     

 

Kinélogie : dénomination générique des thérapeutiques basées sur le mouvement : gymnastique holistique, yoga, etc.


Kinésiologie : méthode holistique par un test musculaire pour une approche globale de l’être (structure, biochimie, psychisme, énergie), une méthode de diagnostic mais aussi de gestion du stress et des émotions. Elle étudie principalement l’ensemble musculaire dont les réactions sont porteuses d’informations sur l’état de santé du patient. Le but est de rétablir ou renforcer l’équilibre et la vitalité de l’être humain. Favorise le dialogue du sujet avec lui-même, à la recherche de ses besoins authentiques et de sa santé.


Kneippisme : il s’agit d’un ensemble de techniques d’hydrothérapie, mises au point par Sébastien Kneipp au siècle dernier en Allemagne, qui ont connu un grand succès et dont les principes sont très largement utilisés en thermalisme de nos jours. Il pratiquait en fonction du patient des bains, complets ou partiels, des douches, des enveloppements, et conseillait la marche à pied. Mais c’est l’eau froide qui est primordiale dans cette thérapie, appliquée à une température et pour une durée adaptée au patient, elle provoque une réaction capillaire forte, à la base des effets thérapeutiques sur des affections très diverses.


Laserthérapie : les différentes utilisations du rayon laser, en particulier en dermatologie, mais aussi en réflexologie, en auriculothérapie.


Macrobiotique : régime sévère à base de riz et de soja, qui permettrait d’atteindre une grande longévité. Les aliments sont classés en dilatateurs (yin) ou constricteurs (yang) suivant la philosophie chinoise.


Magnétisme : connu depuis l’antiquité, cette technique, connue aussi sous le nom de radiesthésie, a été étudiée par François Mesmer (1734-1815). Elle suppose à coté du magnétisme minéral (les aimants) l’existence de magnétismes vital, mental, et spirituel. Sa pratique par les « guérisseurs » nécessiterait un don particulier permettant de sentir avec les mains les perturbations magnétiques du corps et d’attirer les maladies.


Magnétologie : dénomination générique des thérapeutiques basées sur le magnétisme comme la radiesthésie, le reiki, etc.


Magnétothérapie : l’utilisation des aimants en thérapeutique date de la découverte du magnétisme terrestre et de la boussole. Redécouvert dans les année 50, cette technique prescrit la fixation (par adhésif) d’aimants sur les points d’acupuncture ; le pôle nord de l’aimant aurait un effet décontractant, et le pôle sud un effet antidouleur.


Massage : technique très ancienne et très répandue, qui permet de relaxer les muscles puis de leur redonner leur tonicité. Le massage agit également au niveau des organes internes, et nécessite une bonne expérience pour être correctement réalisé. On distingue les mouvement d’effleurage, de pétrissage, les frictions et les percussions.


Médecine anthroposophique : principes thérapeutiques basés sur l’anthroposophie, doctrine spirituelle développée par le philosophe Rudolf Steiner. L’anthroposophie considère que les problèmes de santé sont liés au passé ou au devenir de l’individu, au travers de ses réincarnations.


Médecine chinoise : la médecine traditionnelle chinoise à une histoire de près de 3000 ans, une bibliothèque classique très riche et soigne toujours le tiers de la planète. Elle est fondée sur la doctrine du Tao pour laquelle l’homme est relié à la fois au ciel (yang) et à la terre (yin) et est le siège d’échanges d’énergies dont les déséquilibres expliquent toutes les pathologies. Elle utilise l’acupuncture pour traiter les douleurs, les massages et manipulations pour les problèmes articulaires et la pharmacopée chinoise pour les affections chroniques. Elle est enseignée en Chine au même titre que la médecine occidentale.

 


Méditation : l’objectif de la méditation est de parvenir, au bout d’une longue pratique, à supprimer toute pensée parasite, pour se contenter de suivre le cours de ses réflexions, en devenant complètement détaché des émotions du monde, et en s’immergeant totalement dans « l’ici et maintenant ». Il existe différentes écoles : méditation taoïste, transcendantale et surtout la tradition zen japonaise.

 

Mésothérapie : c’est une technique récente, basée sur l’observation par Michel Pistor (France), en 1952, des effets d’injections locales de procaïne. Elle permet de soulager de nombreuses douleurs, en particulier arthrose, sciatique, névralgies, par des mini-injections sous-cutanée de très faibles quantités de procaïne et de médicaments. Cette technique est de plus en plus répandue et utilise des mini-aiguilles et appareils de pose spécifiques ; il faut savoir que dans un tiers des cas, on constate une aggravation provisoire des symptômes.


Métallothérapie : on regroupe sous ce vocable l’ensemble des disciplines utilisant les métaux et les sels métalliques. La tradition ancienne des médecines hermétiques (Hippocrate, Avicenne, Paracelse) subsiste sous la forme d’anneaux de bracelets. On utilise de nos jours les sels minéraux sous forme de pommades, ou en injections sous-cutanées, et également par la pose d’aiguilles, sans oublier l’utilisation des eaux minérales.


Méthode Feldenkrais : méthode d’éveil corporel, imaginée par le Docteur Moshe Feldenkrais, consistant en l’apprentissage des possibilités de mouvements et de combinaisons de mouvements inhabituels, pour élargir la gamme de son expression corporelle. On y apprend à utiliser au mieux les effets de la gravité et à limiter l’effort physique au minimum, de façon à concentrer son attention sur les sensations kinesthésiques et atteindre ainsi un bon contrôle de ses mouvements.


Méthode Kousmine : il s’agit de redonner à l’organisme son équilibre, essentiellement grâce à un régime diététique mais aussi à l’aide de cures de vaccins et d’hydrothérapie du colon (que l’on appelait autrefois lavement). Le régime est très précis et contraignant ; il réduit beaucoup les protéines animales, insiste sur l’apport en micro-aliments (vitamines et oligo-éléments), et privilégie les aliments complets.


Méthode Mézière : pour lutter contre une douleur, le corps va adopter des postures antalgiques, en maintenant contracté certains muscles ; une fois la douleur initiale disparue, la contracture musculaire peut persister et devenir néfaste ; c’est fréquent dans le dos. C’est sur ce principe que Françoise Mézière a élaboré une technique d’étirement long et régulier des muscles pour leur faire retrouver leur longueur initiale. Ces étirements par traction sont facilités par une respiration profonde, diaphragmatique.


Méthode Tomatis : méthode de rééducation auditive employée chez des enfants ayant des problèmes de compréhension inexpliqués. Utilise des sons de différentes fréquences et de la musique (Mozart).


Méthodes audio-phoniques : les méthodes qui utilisent le son sont très variées. L’eurythmie consiste à accompagner de mouvements des sons familiers. La méthode du professeur Tomatis, permet de traiter les bégaiements et la dyslexie des enfants par l’écoute de la voie de leur mère ; elle traite également des troubles plus graves et même l’autisme ; elle peut d’autre part constituer un complément efficace aux traitements orthophonistes. L’audio-phonologie du docteur Bérard est une rééducation des fréquences mal perçues par le patient, détectées par audiogramme.


Musicothérapie : la musicothérapie est indiquée en psychologie, pour faire passer certaines émotions par cette forme de communication. Un échange est ainsi possible parfois avec les autistes. Sa pratique nécessite de solides connaissances musicales.


 

 

 

Page suivante : N-O-P

Haut de page