Retour
 
 
 

L'ÉNERGÉTIQUE VEGETALE
Une alternative douce et efficace

Nos amies les plantes

 

Aujourd’hui plus que jamais, l’homme a besoin de se sentir en harmonie avec l’univers qui l’entoure. Intuitivement il sait que son état de santé, bon ou mauvais, représente soit un moment de syntonie (harmonie parfaite) avec la nature soit, a contrario, un état dystonique (déséquilibre énergétique) pouvant conduire à la maladie.

Comment, d’ailleurs, pourrait-on expliquer autrement les diverses manifestations et réactions saisonnières, allergiques ou non (asthme, rhinites, toux, grippe, pollinoses), les poussées inflammatoires, les algies chroniques : lombalgies, ulcères, céphalées, les colites, gastrites, les palpitations ou celles plus directement liées aux diverses conditions atmosphériques (temps orageux, humide, froid, sec) ? Et pourquoi tous les êtres humains ne sont-ils pas concernés par les mêmes circonstances ?

Si l’on se tourne vers la médecine officielle, l’on constate que celle ci ne dispose plus du temps nécessaire pour prendre en compte les différentes dynamiques du milieu (naturelles, atmosphériques ou climatiques) qui peuvent conditionner la santé des individus. Pire, le plus souvent elle reconnaît leur existence mais ne les considère pas comme des événements à respecter. Elle les combat par des instruments qui au lieu d’harmoniser les diverses énergies en jeu, les placent dans un tel état de déséquilibre, que, fatalement, certaines succombent.

Bien sûr l’organisme gagne le plus souvent la partie, mais à quel prix ! Il suffit de penser à la quantité et à la qualité des substances chimiques que l’organisme malade est obligé de recevoir, de transformer et d’éliminer tant que la maladie n’est pas anéantie, sans compter toutes les techniques auxquelles le médecin doit souvent avoir recours (chirurgie lourde, rayons, ultrason).

Depuis un demi-siècle s’est développée la médecine antisymptomatique qui, comme son nom l’indique, combat le symptôme, c’est-à-dire la manifestation sans tenir compte de la cause. Chacun de nous, a vécu l’expérience (parents ou amis proches) de ce cycle absurde des innombrables analyses, tests, thérapies coûteuses et hospitalisations répétées. Les hôpitaux sont pleins de ces patients dont l’unique et grave maladie est celle d’être entrés, un jour, dans le cercle vicieux des analyses, diagnostics, traitements mal adaptés, nouvelles analyses, etc.

Pour autant, il ne s’agit pas de répudier cette médecine qui devrait être utilisée et surtout réservée au traitement des pathologies dites d’urgences (infections, cardiopathies, neuropathies, vasculopathies, accidents etc.). En contrepartie, il faut savoir que la santé peut être conservée grâce à des indications différentes et la maladie, guérie ou prévenue ou contrôlée par des thérapies que la médecine officielle ne met pas à notre disposition. La médecine végétale ou phytothérapie appartient à l’ensemble de ces thérapies communément dites « naturelles » c’est-à-dire en harmonie avec les lois et les énergies qui depuis toujours règlent et gouvernent le milieu dans lequel nous vivons.